Le 13 juin 2019, MARIGNY couleurs POLOGNE

La commémoration du rassemblement du bataillon « Topor » sur ces lieux, lors de l’été 44, a eu lieu devant une assemblée nombreuse et émue. Elle s’est déroulée au pied du Vieux Château, en présence de : Éric Boucourt, sous-préfet d’Autun, Mme Kozińska-Frybes, Consule général de Pologne à Lyon, M le professeur Slawomir Gorzynski, président de la société historique polonaise, M Hervé Mazurek président du comité de liaison Mémoire et Fraternité de Blanzy, Marigny, Les Bizots, M le maire des Bizots, le représentant du Souvenir Français, le président du comité de la Légion d’Honneur les présidents des associations d’anciens combattants, M Lyon, président départemental de l’UNPRG (Union Nationale des Personnels et Retraités de la Gendarmerie), et les descendants de la Résistance Polonaise en France en particulier les descendants directs des chefs et combattants du maquis POWN FFI de Marigny : Mme Bzdrega, fille de Jan Kulpinski, chef régional du POWN, M. Kawa-Topor, fils du  commandant du détachement de Marigny et 41 autres frères, sœurs,fils, filles, neveux, petits enfants….

Extrait du mot d’accueil de Mme le maire
Je suis ravie et très émue de vous accueillir aujourd’hui 13 juin à Marigny, au pied du vieux château. Merci, merci beaucoup à vous tous d’être venus.
C’est un honneur pour moi de prendre la parole devant vous à l’occasion de cette cérémonie, exceptionnelle à plus d’un titre.
- Tout d’abord, parce qu’elle commémore le 75ème anniversaire du rassemblement, ici même au château du bataillon Topor en juillet 1944. Elle s’inscrit dans la continuité des cérémonies du débarquement et plus localement, de la cérémonie du 10 juin à Mary.
C’est en effet du château de Marigny que ce bataillon partira pour participer activement à la libération de Montceau et de Blanzy, puis aux combats qui aboutiront à la fin du plus gigantesque conflit qu’a connu l’humanité.
Ce conflit mondial a commencé il y a 80 ans le 1er septembre 1939 par l’invasion de la Pologne. Il a duré 6 ans, a coûté la vie à plus de 55 millions d’êtres humains. Permettez moi aujourd’hui d’avoir une pensée pour toutes ces victimes, en particulier pour le creusotin GAJEWSKI mort dans les combats pour la libération de Montceau les Mines et pour ses camarades PASZEK, POGORZELSKI, URBANEK… morts dans les rangs de l’armée du général ANDERS, pour notre liberté.   
- Ensuite parce cette cérémonie consacre la volonté acharnée des polonais dans la lutte contre le Nazisme. Le gouvernement polonais étant en exil à Londres, cette résistance polonaise, (vos pères, vos grands pères, vos oncles, vos amis), cette résistance, indépendante d’abord, s’est jointe aux Forces Françaises de l’Intérieur, en mai 1944. Avec discrétion des centaines d’hommes se sont rassemblés au château qui leur servait de PC, de cuisine, de magasin et de dortoir. Leur discrétion a été telle que les habitants du village n’en ont que très peu de souvenir. Pourtant un avion allemand a fini par repérer l’attroupement, toutefois sans conséquence. Le bataillon quittera les lieux le 6 septembre pour participer à la libération de Montceau, Galuzot, Blanzy.
Enfin parce que cette cérémonie va également permettre de laisser une trace pour les générations futures à travers le dévoilement de la plaque commémorant le rassemblement du bataillon du maquis POWN FFI, symbolisant la fraternité d’armes franco-polonaise.
     
Explications de Gérard Soufflet
A l’initiative de cette commémoration, et pour cela qu’il en soit remercié chaleureusement, il rapporte brièvement l’histoire de ce moment et de ce témoignage que nous voulons laisser, avant un plus long développement lors de la conférence donnée à 18h, à la salle des fêtes de la commune.
   
Le dévoilement de la plaque a été réalisé par M Kawa Topor, fils du chef de bataillon, venu pour la circonstance de la Charente, et de Mme Paulette Matray.

L’hommage aux morts a été sonné par l’harmonie fanfare municipale de Blanzy et les deux hymnes nationaux : Polonais puis Français ont été interprétés par la chorale Mélodia de Montceau les mines.
Une interruption émouvante du protocole, demandée par Mme la Consule très émue et très honorée, lui permis de souligner que la fraternité d’armes franco polonaise avait commencée après la première guerre mondiale lorsque l’armée française a aidé à reconstruire l’armée polonaise (NDLR : Charles de Gaulle faisait partie des instructeurs) et qu’elle s’est naturellement prolongée dans la résistance, à un ennemi commun pendant la seconde guerre mondiale.

Mme le maire a ensuite convié les participants au vin d’honneur. Il a eu lieu au château, sur les lieux même du rassemblement, en présence des propriétaires du château, M. et Mme Cornillon, qui ont eu la gentillesse de recevoir tous les participants.